La surveillance des passagers d’avion s’accroit

Passenger Name Record (PNR) est un système récemment adopté à l’échelle européenne. Il vient un peu plus mettre en danger la vie privée et le droit à l’anonymat des citoyens européens.

Un système de récolte des données

C’est un système assez inquiétant qui a été très récemment adopté par les plus hautes instances européennes. Le PNR, pour Passenger Name Record, qui rend obligatoire la collecte d’informations privées concernant les passagers d’avion par les compagnies aériennes, les agences de voyage et les tour operators. Les informations en question sont, par exemple, l’adresse email, l’adresse IP, et les coordonnées bancaires. Le tout peut être exploité pour détecter une éventuelle activité suspecte, par exemple à l’aide de l’analyse des mouvements bancaires, qui permettraient de détecter des irrégularités.

Ce dispositif ne concerne pas, pour l’instant, les passagers voyageant entre deux pays européens. Certains pays, tels le Royaume-Uni, avaient déjà nationalement mis en place le PNR. J’ai d’ailleurs pu personnellement m’en rendre compte : en réservant un billet au départ du Royaume-Uni sur le site internet d’Easyjet il y a quelques jours, j’ai été surpris d’être contraint de fournir des informations personnelles pour effectuer mon enregistrement en ligne. À noter : cela est nécessaire à la fois pour les passagers au départ et à destination du pays ayant mis en place le PNR.

PNR

Les passagers d’avion surveillés

Si le PNR est vu comme un outil supplémentaire dans la lutte contre le terrorisme et la (terrible) piraterie aérienne, il est certain que le PNR pose question en termes de protection de la vie privée des passagers d’avion. Tous les passagers sont concernés par ces mesures de surveillance, alors qu’un ciblage pourrait être effectué envers les passagers déjà connus des services de renseignements pour leurs véleités radicales.

Alors que les instances européennes assurent que les données collectées ne seront utilisées que dans une optique de prévention et d’investigation dans le cadre de l’anti-terrorisme, nombre d’organisations de défense de la vie privée font entendre leurs inquiétudes sur l’utilisation qui peut potentiellement être faite de ces quantités importantes de données confidentielles. Si une proposition de loi similaire avait été rejetée en 2011 pour cause de trop grande intrusion dans la vie privée, les attentats de Paris en janvier ont fait accélérer les choses.

Les données récoltées seraient dans un premier temps accessibles pendant 30 jours aux personnels concernés par la surveillance et le renseignement. Elles seraient ensuite masquées, cela signifiant que seul un nombre réduit de personnels certifiés pourraient y accéder, et ce pour une durée pouvant aller jusqu’à 5 ans. Au bout de 5 ans, les informations seraient effacées.

Pour contourner la surveillance systématique si vous prenez l’avion, en tout cas par rapport à l’ordinateur et l’adresse IP, il vous est recommandé d’utiliser un VPN payant. Nous conseillons le leader du marché HideMyAss.

A voir également

tarifs hidemyass

HideMyAss : quels tarifs sont proposés par le fournisseur ?

Le prix est assurément l’un des premiers critères de choix, quel que soit le produit …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.